Retour à l'université de Lyon

  • english version

Boutique des Sciences > Carnets de bord > Analyse des pratiques des éducateurs en environnement et de leurs impacts sur les groupes formés


Les rencontres 2017 de l'URCPIE

Share |

le 4 avril 2017 /

Le temps file, comme toujours, le nez plongé dans les archives de l’association depuis plusieurs semaines je commence à avoir une vision d’ensemble du métier d’éducateurs à l’environnement tel qu’il a évolué et est vécu dans cette association.

Cette évolution est venue  d’un constat simple, le métier d’éducateur à l’environnement et au développement durable (EEDD) change car il ne suffit pas de « savoir » pour « changer » et de « comprendre » pour « agir ». Ainsi l’Union régionale des CPIE (URCPIE) s’est interrogée sur : comment les EEDD peuvent-ils accompagner ce besoin de changement pour qu’il soit plus efficient ? Il paraissait important d’investir de nouvelles méthodes de travail et d’intervention auprès des publics pour permettre un véritable engagement et changement de comportement. L’URCPIE a ainsi lancé, il y a 9 ans, une recherche-action appelée Eco-attitude afin de pouvoir puiser dans la psychologie sociale des leviers pour adapter leurs pratiques pédagogiques à leurs nouveaux enjeux.

C’est avec ce bagage en tête que je me suis rendue aux rencontres 2017 de l’URCPIE qui ont eu lieu sur deux jours à Saint-Julien-Chapteuil près du Puy en Velay. Ces journées avaient pour but de faire échanger les CPIE sur les chantiers portés par l’Union Régionale. Parmi ces chantiers il y a Eco-attitude. L’une des préoccupations de l’Union Régionale est la diffusion des acquis de cette recherche-action. J’ai pu participer et intervenir lors d’un atelier qui se voulait informatif et attractif, une première occasion de voir comment partager ces acquis en interne. Pour les participants (une vingtaine de personnes), cet atelier a permis de clarifier ce qu’est Eco-Attitude et leur a donné envie d’en savoir plus. Pour la plupart, ils ont conscience du besoin d’améliorer leurs compétences et/ou de se remettre en question, de prendre du recul. Ils aimeraient donc que l’URCPIE partage plus largement les acquis d’Eco-attitude. Charge à moi maintenant de mener une réflexion pour savoir quels seraient les meilleurs moyens de leur transmettre ses connaissances.
Par Isabelle Jeannin.

Thématique : Sciences et Ingénierie pour une société durable

Commenter ?