Vous êtes ici : Version Française > Participer > Projets en cours

Citoyenneté,  Développement durable
Publié le 23 juillet 2019 | Mis à jour le 23 juillet 2019

Derniers moments et interrogations

Tableau de photographies d'un séjour entre jeunes usagèr.es de l'association, affiché dans la salle de réunion des bénévoles au sein de la permanence régionale lyonnaise / Crédit : Salomé Patat

Tableau de photographies d'un séjour entre jeunes usagèr.es de l'association, affiché dans la salle de réunion des bénévoles au sein de la permanence régionale lyonnaise / Crédit : Salomé Patat

Juin 2019, un mois avant la fin du stage, deux mois avant le rendu final. Deux mois encore pour analyser tous les matériaux recueillis et mettre en forme ma réflexion. Deux mois c'est assez court. Alors je glane les dernières informations sur le terrain, avant de ne plus y avoir accès. Je lis (beaucoup) sur l'engagement bénévole, la baisse de participation, les différentes façons "d'atterrir" pour un collectif en transformation, etc…

Les derniers moments du stage sont là : dernière réunion, dernière rencontre avec les bénévoles, les salarié.es... Et beaucoup de questions de la part de ces acteur.ices concernant l'étude menée pendant six mois "Bon alors t'as trouvé quoi ?" "C'est quoi les réponses ?"

À la fin de cette aventure au sein des Eclaireur.euses de France l'attente est présente, il faut commencer à parler de ses résultats, dire ce que j’ai observé pendant ces six mois, donner son avis de sociologue, etc... C'est un moment où le stress est assez présent : est ce que je restitue la parole de ceux.celles que j'ai interrogé de façon juste ? Est-ce que c'est ce qu'ils.elles voulaient dire ? Est-ce qu'ils.elles vont être d'accord avec mes résultats, mes propositions ?

Puis, une fois que le stage est fini, mon travail lui ne l'est pas. Quitter le terrain pour un.e sociologue, ce n'est pas partir et laisser son étude comme ça à qui voudra bien la lire. C'est partir et laisser les personnes continuer ma recherche, mon projet sans moi. En leur laissant des écrits, des propositions pour avancer et résoudre la problématique qu'ils.elles avaient présenté à mon arrivée. Mais est-ce que mon enquête sera assez claire pour qu'ils.elles s'en saisissent ? Vont-ils.elles avoir envie de s'en saisir ?

Une des dernières questions que je me pose en ce moment : où finira mon étude ? Dans une étagère sous plein d'autres documents ? Encadrée, sans pouvoir la lire ? Cornée à force d'être lue ?

Affaire à suivre ...


Salomé Patat